Grands Lacs

, par  Rémi Guédon , popularité : 8%

A cheval entre deux États d’Amérique du Nord, les Grands Lacs constituent un ensemble de cinq lacs parmi les plus vastes de la planète. Les eaux qu’ils contiennent trouvent la fin de leur voyage dans le Saint Laurent. Cinq lacs qui correspondent à un cinquième de l’eau douce présente à la surface du globe.
Prenons le temps de regarder de plus près et constatons cette multitude de lacs plus petits, de rivières et de chutes d’eau. Et finalement, ce système est plus complexe qu’il n’y parait. Tous ces lacs sont de tailles différentes et les profondeurs varient de manière très importante d’un lac à l’autre. Le lac le plus en amont est aussi le plus profond et le plus vaste, c’est le lac Supérieur.
Il existe une science qui mesure la profondeur des lacs et des océans. Elle permet de connaître la topographie des fonds marins. C’est la bathymétrie. En cartographie, lorsqu’on n’utilise pas de courbes de niveau, on représente les altitudes dans des dégradés de vert et de marron. Ici on représente la bathymétrie avec un jeu de couleur dans un camaïeu de bleu.
Je me suis donc inspiré d’une représentation cartographique de cette région et de la bathymétrie des Grands Lacs. Cette réalisation est dans la continuité d’une précédente sur les cours d’eau en Europe de l’Ouest. Bien que semblant abondante, l’idée est de représenter la fragilité de la ressource par des assemblages de tout petits points. Les couleurs utilisées ont été choisies en lien avec certaines représentations de la topographie des profondeurs.
Les points les plus profonds de chaque lac sont donc les points de départ pour l’assemblage des petits points de couleur. J’ai voulu que ces assemblages puissent à la fois faire penser à l’onde qui se forme à la surface de l’eau lorsqu’on joue à faire des ricochets, à ces vagues qui marquent le paysage et nous rappellent que l’eau contenue ne reste pas, mais aussi, qu’ils s’emboitent les uns dans les autres pour donner cette sensation de relief.

Grands Lacs